Délégation de service public

Dix ans déjà !

Petit retour en arrière. . . . le 28 octobre 2005 la commune de Pralognan la Vanoise, représentée par son maire Thierry Thomas, signait sa première délégation de service public pour une durée de 20 ans, avec le groupe Rémy Loisir.   Il est fait constat à l’époque, que la S.E.M SoGesPral ne parvient pas à sortir du cadre du simple fonctionnement des équipements touristiques et que les recettes qu’elle dégage ne lui permettent pas d’assumer les investissements nécessaires, notamment sur le domaine skiable. L’excédent de la S.EM sert en grande partie à absorber le déficit généré par l’Office de Tourisme (déficit de environ 400K€),   le Prélude, le Fond et le camping (déficit estime à environ 300K€). L’indemnisation compensatoire versée par la commune à la SoGesPral pèse sur son budget de fonctionnement et diminue sa capacité d’investissement ne créant pas les conditions favorables ; ni au développement de la station ; ni à la pérennité des équipements touristiques. *

Suite à un appel à candidatures, un accord est trouvé avec le groupe Rémy Loisir, groupe familial et sensible à l’image de la « station village ». Fort de son expérience professionnelle, Rémy Loisir accepte de participer aux investissements sur le domaine skiable et assume la perte d’exploitation du Prélude, Fond et camping. L’office de Tourisme sera géré en EPIC à la charge directe de la collectivité qui percevra une participation financière forfaitaire annuelle de 50 K€ de Rémy Loisir à cet effet.

Un programme d’investissement est établi sur la base d’un prévisionnel de création de lits touristiques. Le chiffre d’affaires du délégataire doit augmenter en conséquence de l’apport en lits touristiques, créant de la capacité d’investissement. En parallèle, le Conseil Général, allouera d’importantes subventions à la collectivité pour porter les investissements.

Ainsi entre 2005 et 2010 des améliorations conséquentes ont été réalisées sur le domaine skiable ; l’enneigement artificiel, le renouvellement de remontées mécaniques, la création de l’espace débutant. Des Résidences de Tourisme ont également vu le jour.

Un contexte économique qui a évolué. . .

Le modèle des Résidences de Tourisme traverse une période difficile d’adaptation au marché. Pour exemple ; la résidence « Les Hauts de la Vanoise » Lagrange (2013) dont 52 sur 84 appartements ont été vendus à ce jour. L’État resserre les vis et ferme petit à petit le robinet des subventions. La collectivité doit plus que jamais veiller à un équilibre budgétaire et maintenir sa capacité d’investissement (voir article « Finances »).

Conservation du patrimoine et maintien de l’attractivité des équipements touristiques. . .

Des investissements sur le domaine skiable restent à faire : la neige de culture au Bochor, la piste bleue/verte des Torches et un désengorgement au départ des pistes. Une nouvelle piscine, financée par la collectivité, et un projet de réhabilitation de patinoire (voir article « projet patinoire ») pour l’automne 2015 sont également des données nouvelles qui sont à prendre en compte dans la délégation de service public. « Sur une convention qui dure 20 ans, qui traverse au moins 3 mandats, il est souhaitable et nécessaire d’être des partenaires très présents. Il faut adapter la DSP au fil du temps pour que le partenariat demeure toujours gagnant/gagnant », Mme le Maire, Armelle Rolland.

Aujourd’hui, à mi-DSP, la collectivité a souhaité en concordance avec M.Rémy, dresser un bilan de la délégation. Un travail de fond a été entamé avec l’appui d’un cabinet d’expert-comptable afin d’arriver à un diagnostic partagé. Ceci nous permettra, ensemble, d’établir une feuille de route pour nos équipements touristiques pour les dix ans à venir. La commission Labellemontagne effectue un travail avec M. Christophe Poirier à ce sujet.

« Un bon partenariat où les deux parties sont bien présentes, exige que l’on se rende des comptes régulièrement. C’est donc tout naturellement qu’aujourd’hui délégant et délégataire s’engagent dans cette voie. » Mme le Maire, Armelle Rolland

* Rapport Operlia 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *